Dimanche 8 mars 2020

J.S. Bach : Prélude et fugue en fa mineur BWV 534 – Orgue

Giovanni Battista Pergolesi : Stabat Mater

Marina Viotti Mezzo soprano et Charlotte Müller Soprano

Temple de Lutry

Collecte

Le Stabat Mater fut écrit par Pergolesi sur son lit de mort. Il avait alors 26 ans.

Écrite à la suite d’une commande de la confrérie des Chevaliers de la Vierge des Sept douleurs (pour remplacer le Stabat Mater composé par Alessandro Scarlatti 9 ans plus tôt mais qui était déjà passé de mode), cette œuvre était jouée par les confréries de musiciens professionnels lors de la procession de la fête annuelle des douleurs de la Vierge. Celle-ci se déroulait dans les rues de Naples le vendredi précédant les Rameaux.

Après la mort de Pergolesi, sa musique connut une popularité sans doute décuplée par la tragédie de sa disparition prématurée.

La partition porte un grand nombre d’indications de nuances allant du sotto voce au fortissimo, toute une gamme d’effets, de recherche de contrastes, qui ont fait comparer son style au chiaroscuro de la peinture italienne.

Le style de l’œuvre, par son découpage en tableaux servis tour à tour par des solistes ou un duo, est en rupture avec le style polyphonique ou monodique de l’église. Il assimile les derniers procédés dramatiques de l’opéra italien (Pergolesi dans sa courte carrière de compositeur a écrit 6 opéras et était loué pour son lyrisme) ainsi que du style concertant.

L’archiluth qui enrichira le continuo est typique à la tradition italienne de cette époque.

Musiciens :
Marina Viotti, Mezzo Soprano
Charlotte Müller-Perrier, Soprano
Sébastien Vonlanthen – Direction, Clavecin et Orgue
Irina Kisselova – Violon 1
Oganes Arustamov – Violon 2
Valentina Eggli – Alto
Mathieu Rouquié – Violoncelle
Rosie Moon – Contrebasse
Jonathan Rubin – Théorbe

Samedi 6 juin 2020

Autour de Pachelbel

Sur un bateau belle époque de la CGN

Pour son prochain concert, le CML vous fera redécouvrir le canon de Pachelbel dont l’immense popularité n’est plus à commenter. Mais d’où vient-elle?
Une recette extrêmement simple : une basse obstinée de 8 notes qui se répète inlassablement et trois voix de violon qui se répondent en canon sur celle-ci avec ce rythme extrêmement simple au début qui va augmenter en flamboyance au fur et à mesure que les valeurs rythmiques doublent puis que les variations apparaissent.
Composé vers 1689, il se conclut par une gigue. Il a inspiré de nombreuses œuvres, jusqu’aux Beatles (I want to hold your hand) et Sardou (la maladie d’amour), qui reprennent la même progression harmonique. Il aurait pu être joué en 1694 au mariage d’un frère aîné de J.S. Bach.
La Sinfonia en do mineur de Endler ensuite, contraste par son climat plein d’anxiété et de chromatisme qui vous permet de découvrir ce compositeur injustement méconnu.
Une autre gloire baroque continuera à vous enchanter : Telemann avec des Tafelmusik ou musique de table, puisqu’elle était destinée à accompagner des banquets. Vous entendrez ici le concerto en la majeur TWV 53:A2 qui fait dialoguer le violon, la flûte et le violoncelle en solistes.
C’est avec J.S. Bach que se conclura ce programme. La deuxième suite pour orchestre en si mineur BWV 1067 vous enchantera notamment avec la célèbre badinerie qui la termine : la brise aérienne souffle sur les eaux du Léman.

Vendredi 28 août 2020 en l’Église des Cordeliers à Fribourg à 20h00
Samedi 29 août 2020 au Temple de Lutry à 20h00
Dimanche 30 août 2020 à Rapperswil-Jona à 17h00

Choral Masterworks

Ce projet rassemblera les plus grands chefs-d’œuvre de la musique anglaise a cappella et sera mené en collaboration avec la Maîtrise de Fribourg et chant 1450. Il mettra en synergie différentes régions linguistiques ainsi que des chanteurs professionnels, des amateurs confirmés et des enfants.

Le programme sera composé autour de ces 3 œuvres majeures :

John Taverner (vers 1490 – 1545)Messe Gloria tibi Trinitas
James MacMillan (1959 – )Miserere (à 8 voix)
Thomas Tallis (1505-1585)Spem in alium (à 40 voix)

Il sera complété, en fonction de la durée, par des pièces choisies parmi les œuvres suivantes :

William Byrd (1539/40 – 1623)Diliges Dominum
 Ave Verum
 Laudibus in Sanctis
Henry Purcell (1659–1695)Hear my Prayer, O Lord
Robert Lucas de Pearsall (1795-1856)Great God of Love
 Tu es Petrus
Loading